Lado

Remonter Sommaire

            L'enclave de Lado se situait au centre de l'Afrique, juste au nord du lac Albert, à gauche du Nil Blanc. Son étendue (40 000 km2) dépasse celle de la Belgique (30 000 km2). L'Angleterre a donné ce territoire en location au Roi Léopold II en mai 1894. Il lui a fait retour six mois après la mort du Souverain, le 16 juin 1910.

Carte 11 écrite par le Capitaine Hecq, le 15 octobre 1894 du Sultanat de Rafaï, oblitérée à Léopoldville, premier bureau rencontré, le 5 janvier 1895, passée par Boma le 17 janvier et arrivée à Namur le 13 février.

L'Etat Indépendant n'y jouit pas des droits de souveraineté. Il n'y a donc pas de bureau postal. Toutes les oblitérations rencontrées sur des plis émanant de l'enclave sont des marques de transit. L'origine exacte des plis est révélée uniquement par l'adresse de l'expéditeur.


Projet d'emblème pour le Lado

            Toutes les correspondances, originaires de l'enclave de Lado ou transitant par elle, acheminées par la voie du Nil étaient en principe affranchies à l'aide de timbres de l'Etat Indépendant du Congo. La voie du Nil, la plus directe et la plus rapide, fut fermée à deux reprises. La première à la fin de 1901 sur ordre de Bruxelles (le courrier a transité via Boma) et la seconde en décembre 1905 lorsque les vapeurs de Khartoum ne firent plus arrêt à Lado et ne transportèrent ni marchandise ni courrier pendant cinq mois.

            De mai 1900 à fin 1901 la première oblitération rencontrée est le White Nile Travelling Post (premier ambulant du Nil Blanc). La seconde oblitération est le losange formé de 306 points (17 x 18) apposée à Khartoum.

 La troisième oblitération est la signature manuscrite (1904 - 08). L'agent officiellement chargé du courrier annulait les timbres à la plume, en noir ou en rouge (Lado, date et paraphe) ; l'oblitération se faisait à l'aide de la grille (losange à 306 points) employée au Soudan anglo-égyptien ou au bureau de Khartoum.