Navigation intérieure


RemonterSommaire


    A partir du 1er juillet 1896, le dépôt des correspondances fut autorisé sur les bateaux qui font le service sur les voies navigables. A la fin de 1896, l'État dispose, sur le haut du fleuve Congo, entre le Stanleypool et Stanleyville et sur les rivières Kasaï, Sankuru, Oubangui et Itimbiri de 20 steamers.


Le vapeur Kempenear
    A une date inconnue mais probablement à leur premier voyage postérieur au 1er juillet, l'Administration postale attribua à certains de ces bateaux un cachet destiné à oblitérer les correspondances confiées en cours de voyage aux capitaines. En principe, seules les correspondances à destination de localités non munies d’un bureau de poste devaient être oblitérées ce qui explique la rareté des plis oblitérés sur les bateaux. Ce cachet est rond de 23 mm de diamètre, il porte le long du pourtour la légende BATEAU-POSTE, dans le bas N°... (1 à 20) et au centre un bloc dateur mobile à 3 lignes.Certains cachets ne montrent aucune trace de bloc dateur. Ces cachets ont été supprimés en 1910, mais il semble que leur utilisation cessa fin 1902.



Dufour

Dufour


    G. Gudenkauf (Mailboat steamers on Congo rivers & lakes) a tenté d'établir la correspondance entre les cachets et les bateaux. Il constate que le n° 9 est inconnu et attribue le cachet 2 au steamer "Ville d'Anvers", le cachet 4 au steamer "Délivrance 3 ou 4", le cachet 8 au steamer "Florida", le cachet 10 au steamer "Hainaut", le cachet 11 au steamer "Brabant", le cachet 13 au steamer "Kempenaer" et le cachet 14 au steamer "Flandre". Il estime que les cachets 17 à 20 n'ont pas été attribués.

Compagnie des Chemins de fer du Congo Supérieur aux Grands Lacs Africains (C. F. L.)
    La Compagnie des Chemins de fer du Congo Supérieur aux Grands Lacs Africains (C. F. L.) desservait la ligne de navigation sur le lac Tanganyika  reliant Usumbura, Uvira, Albertville et Kigoma. Elle utilisait les bateaux Duc de Brabant, Baron Dhanis, Urundi, Tanganika et Vengeur.
    La Compagnie employait pour le service postal à bord des bateaux deux cachets, l'un rectangulaire avec la légende "Flotille Lac Bon Dhanis" et l'autre rond, de 26 mm de diamètre, portant dans le haut les initiales de la compagnie. On remarquera l'orthographe de"flottille".


    Le port de Kigoma, situé sur la rive Est du lac Tanganyika, est tête de la ligne de chemin de fer en direction de Dodoma. Ce port est desservi par la C.F. L. Une griffe "PAQUEBOT" est apposée dans ce port de 1928 à 1940 sur le courrier traversant le lac. Elle sert soit apposée comme oblitération, soit à côté du timbre après oblitération au moyen du cachet de Kigoma sur  le courrier en provenance du Congo ou du Ruanda-Urundi et qui n'a pas été oblitéré au départ. On rencontre deux griffes différentes. L’une a une longueur de 40 mm, l’autre de 45.


    Les sociétés commerciales installées le long du fleuve ne pouvaient prospérer que grâce au transport fluvial. Ces sociétés se dotèrent de bateaux munis d’une boîte aux lettres. Ces bateaux, tels que les Stanley, Ville de Bruges, Ville de Verviers, Lothaire, se chargeaient de transporter les correspondances originaires des petits postes intérieurs. Si ces bateaux possédaient des griffes qui ont peut-être servis à décorer l’une ou l’autre carte ou lettre, je ne pense pas que les capitaines étaient chargés d’oblitérer le courrier.
    De la même manière la Compagnie des Chemins de fer du Congo Supérieur aux Grands Lacs Africains (C. F. L.) employait à bord des bateaux naviguant sur le Haut-Luapula des cachets rectangulaires avec la légende "Flottille Lac" et le nom du bateau. Il n’est nullement prouvé que ces cachets servaient à oblitérer régulièrement de la correspondance.
    Un service fluvial français remontait sur une distance de 1300 km le cours moyen du fleuve Congo à partir de Brazzaville via Léopoldville. Les correspondances pouvaient être déposées sur les bateaux effectuant la traversée entre Brazzaville et Léopoldville. Durant ce court laps de temps le courrier affranchi au moyen de timbres non oblitérés au départ recevaient le cachet (67 x 23 mm) sur deux lignes "SERVICE FLUVIAL / A.E.F. - CONGO BELGE". Les lettres revêtues de ce cachet qui me sont connues émanent toutes de l'Afrique équatoriale française. Il semble donc que ce cachet n'était apposé que sur du courrier entrant au Congo belge et ce en 1931.
  

Service fluvial dans l'estuaire du fleuve Congo

        Lors de la création de l'État Indépendant du Congo plusieurs petits steamers, notamment le Héron, le Reine des Belges, le Prince Baudouin, reliaient Banana, Boma et Matadi et transportaient du courrier vers les bateaux portugais qui accostaient à San Antonio do Zaïre, Loanda et Cabinda. Par la suite on ne trouve plus trace d'un service postal dans l'estuaire.
        Durant l’année 1910 un service postal ambulant a été créé dans le Bas-Congo à bord du vapeur Hirondelle. Ce service prend livraison du courrier d’Europe dès son arrivée à Banana. Il fait le dépouillement et le tri des dépêches pendant le voyage de Banana à Matadi. On trouve, en 1911 et 1912, un cachet "AMBULANT - BANANA - MATADI" de 23 mm de diamètre. Celui-ci a servi soit comme oblitération, soit comme estampille.