Service des colis-postaux

RemonterSommaire


    En vertu de la Convention du 28 février 1887 pour l'échange de colis postaux entre l'État Indépendant du Congo et la Belgique,  un service de colis-postaux non assurés, exempts de débours et de remboursement fut créé à dater du 1er mars 1887, entre la Belgique et le Congo belge, pour l'expédition de menues marchandises. Ces paquets, qui ne pouvaient pas dépasser 5 kilogrammes, acquittaient, en plus de la taxe de recommandation, une taxe de 35 centimes par 50 grammes avec un minimum de 2 francs.
    L'affranchissement des colis postaux se fait au moyen de timbres-poste ordinaires au Congo.
Ce service qui semble avoir été officialisé au Congo par un arrêté du 22 mars 1887 est en même temps étendu à d'autres pays. L'arrêté en question précise en effet Les bureaux de poste sont autorisés à accepter, à destination des bureaux intérieurs, de l'Allemagne, de l'Autriche-Hongrie, de la Belgique, du Danemark (y compris les îles Féroé et l'Islande), de la France continentale, de la Norvège, des Pays-Bas, de la Suède, de la Suisse et du Royaume-Uni de la Grande-Bretagne et d'Irlande, des colis postaux non assurés, exempts de débours et de remboursements, d'un poids maximum de 5 kilogrammes. Ces colis ne peuvent dépasser le volume de 20 décimètres cubes, ni la dimension sur une face quelconque de 60 centimètres. 
    Les taxes étaient composées d'une taxe territoriale et d'une taxe de transport. Les taxes territoriales ont été appliquées d'une façon uniforme, à dater du 1er janvier 1922, à tous les colis déposés en tout lieu de la Colonie et quelle que soit leur destination. Quant aux taxes de transport, d'un calcul relativement compliqué lors de la création du service, elles ont été finalement simplifiées, le 1er octobre 1941, date à partir de laquelle les colis sont passibles d'une taxe par coupure de poids sans tenir compte de la distance à parcourir, ni des moyens d'acheminement, ni du contenu.
    A dater du 1er janvier 1922 également, les colis sont acceptés avec valeur déclarée ou contre remboursement.
    Le poids maximum d'un colis, initialement fixé à 5 kg, fut porté à 10 kg le 1er janvier 1919 et à 20 kg le 1er juillet 1930.
    L'acceptation des colis réservée au départ à quelques bureaux de poste importants fut progressivement étendue à tous les bureaux et ce à dater du 1er janvier 1911.
    L'importance du service est reflétée par les nombres ci-dessous qui suivent l'expansion économique et l'évolution du Congo belge. On y retrouve facilement la diminution du trafic durant la crise des années trente et le spectaculaire redressement à partir de la fin de la deuxième guerre mondiale.
    Les colis purent être transportés par avion lors de l'organisation du service postal aérien, le 30 juillet 1921.
 

année

service intérieur

service international

 

 

expédition

réception

1887

 

36

186

1890

294

174

768

1895

1 024

88

2 972

1900

651

114

3 949

1905

1 546

209

7 898

1910

2 158

227

8 977

1919

5 001

577

7 466

1925

18 104

2 635

62 176

1930

22 402

7 482

71 463

1935

19 848

1 982

34 226

1939

28 359

2 576

32 666

1945

96 853

162 181

 16 018

1950

137 806

 15 322

106 198

1955

292 463

 15 423

216 132

1958

326 732

 17 785

233 562

horizontal rule
Convention du 28 février 1887 pour l'échange de colis postaux entre l'État Indépendant du Congo et la Belgique  »
  Article 3.
         La taxe pour le parcours territorial belge et pour le parcours maritime est fixée uniformément à 2 fr. 50 c. par colis ; cette taxe se compose d'un droit de 50 centimes revenant au parcours belge et d'un droit de 2 francs revenant à l'État Indépendant du Congo. Elle doit être payée au départ.
         La taxe territoriale africaine est encaissée de l'expéditeur au départ du Congo et du destinataire pour les envois à destination du Congo. Elle est fixée à 1 franc par colis pour les envois en provenance ou à destination de la région du Bas-Congo, notamment pour Banana, Boma, Matadi et Vivi.
........
         L'affranchissement des colis postaux se fait au moyen de timbres "chemin de fer" en Belgique et de timbres-poste ordinaires au Congo.
form_post/for093tera.gif