Edmond Thieffry
RemonterSommaire
 
 Histoire postale :
Aérophilatélie
 
Edmond Thieffry est né à Etterbeek le 28 septembre 1892. Après avoir terminé ses études secondaires - qu'il fit en néerlandais à Turnhout - il commença ses études de Droit à l'Université de Louvain.
Reçu Docteur en Droit, il effectue peu après son service militaire au 10e de Ligne. Il le termine en 1913.
Le 29 juillet 1914, il reçoit l'ordre de rejoindre le fort de Loncin où il est attaché à l'état-major du Général Leman. Capturé à Herstal par les Allemands, il s'évade et gagne Maastricht. Arrêté par les gendarmes hollandais, il parvient grâce à sa parfaite connaissance du néerlandais et à sa formation juridique, à éviter l'internement en Hollande. Il peut ainsi gagner Anvers et y rejoindre l'armée belge. Il participe alors aux opérations de la 3e division, comme officier d'infanterie.
En 1915, il obtient de passer à l'aviation militaire. Pilote à Etampes où il obtient son brevet, il se livre à de multiples exploits qui deviennent bientôt légendaires (10 victoires). Malheureusement, son avion est abattu le 25 février 1918 dans les lignes allemandes. Fait prisonnier, il tente par trois fois de s'évader. Après l'Armistice, il rentre en Belgique et le 16 décembre 1918, il prête serment d'avocat au Barreau de Bruxelles.
En 1925, il conçoit le projet d'établir une liaison aérienne entre la Belgique et le Congo. Il obtient l'appui du Roi Albert.
La Sabena accepte de lui prêter un appareil, un HANDLEY-PAGE dont la vitesse maximum est de 110 km/h.
Thieffry voulait entreprendre le voyage avant que les tempêtes de sable, très fréquentes de mars à novembre, fassent du Sahara un traquenard ; il fallait partir avant la fin du mois de février.
Il choisit son équipage et avec ses deux compagnons, Jef De Bruycker, mécanicien, et Léopold Roger, pilote, il tente cette grande aventure.
Les trois aviateurs s'envolèrent de Bruxelles le 12 février 1925. Tout au long du voyage, ils connurent de sérieuses difficultés notamment cinq atterrissages forcés, des vents contraires violents et des incidents techniques dont un bris d'hélice.
Enfin après avoir surmonté bien des souffrances et triomphé de tous les obstacles, ils posèrent leur avion sur la piste de N'Dolo (Kinshasa), le 3 avril 1925, acclamés par une foule enthousiaste.
Cette première liaison aérienne Bruxelles-Kinshasa, (8.200 kilomètres, parcourus en 75 heures de vol effectif) avait été accomplie en cinquante et un jours.
Rentré en Belgique, Thieffry rêve d'autres voyages aériens. Il décide alors de retourner en Afrique et d'y explorer une voie de communication interne.
C'est au cours de cette seconde tentative qu'il trouva la mort, dans la brousse africaine, le 11 avril 1929. Il était âgé de trente-sept ans.
Prospectus de la Régie des Postes belges n° 19 1975